Vin d’honneur #03

Une démonstration par la Ganadéria de Maynus le matin, la première course challenge de la Ganadéria Dargelos l’après midi et un repas côte à l’os entre les deux. Tel était le programme qui nous était proposé par le Club Taurin de Toulouzette.

Bienvenue dans le Vin d’Honneur, troisième édition.

Maynus : Démonstration

C’est une course de démonstration à l’entrée gratuite qui était proposée dimanche matin. Un spectacle rapide avec 8 sorties devant une belle assemblée sur les gradins. Retour sur ce spectacle acteur par acteur :

Sylvain Sensenacq : Comme lors de la présentation, c’est lui qui aura eu le moins l’occasion de s’exprimer avec seulement quatre figures exécutées face à une vache compliquée (Eymelite) qui ne part que des loges en ayant la fâcheuse tendance de se retourner.

Cédric Da Silva : Lui aussi a été peu en vue avec une course peu réussie. Il n’a pas su s’exprimer comme il se doit devant les deux coursières qu’il a eu l’occasion d’affronter. On le sait capable de meilleures prestations.

Clément Lanibois : Régulier, il nous aura offert quelques bons passages sur ses partenaires Eymelite et surtout Elhora. Du travail très propre et sérieux.

Morgan Checchin : Il débutera sa course face à une pas évidente Pomarezia qui le surprendra sur le premier écart et le bousculera à l’intérieur sur le second. Elle sera rentrée après seulement le quatrième passage. Il s’accaparera également à lui tout seul la sortie de Juliana avec une série à l’image de la course de Dargelos qui a suivi l’après midi : de belles figures pour commencer puis une tentative intérieure qui se soldera par un violent échec, Morgan passant par dessus la coursière. Une revanche plus tard, nouvelle tentative intérieure : nouveau contre subi avec une vache qui elle aussi sera mise (involontairement) au sol par le solide écarteur. Morgan reviendra terminer sa série avec panache après ces deux chocs.

Vincent Plassin : C’est lui qui sera le préposé face à la vache de l’avenir. Motivé, il tentera de la prendre monter-descendre mais comme dit l’adage « l’acteur propose, la vache dispose » et il faudra se résoudre à la placer face aux loges pour qu’elle donne son meilleur rendement. On le retrouvera face à Ibañeta pour une tentative intérieure des plus insolites avec la tête de la vache passant quasiment par dessus celle de Vincent, pourtant très haute perchée. Une vache aux galops étranges sur la corne gauche qui sera lâchée corne droite par la suite.

C’est sur cette corne que brillera Cédric Duvignau offrant alors, selon moi, la meilleure série de la matinée avec des attaques extérieures sincères (malgré un intérieur un peu large). Lui qui avait eu l’honneur de débuter la course avec une première série plutôt jolie, il aura également l’honneur de la terminer face à Jadina avec là aussi quelques passages intéressants. Son bon travail tout au long de la matinée lui aura permis d’être le plus en vue avec pas moins de 18 écarts de tournés.

Clément Laguian quant à lui continue de travailler pour nous offrir des réceptions correctes au périlleux, ce qui n’à malheureusement pas été le cas ce matin.

Les entraîneurs Sébastien Gibielle et Thibaut Saint Germain auront dû travailler des vaches assez capricieuses et leur travail n’aura pas été de tout repos.

Pascal Lalanne en renfort au bout de la corde à fait une entrée en matière correcte avant son second défilé de la journée avec la Ganadéria Dargelos.

En résumé, une matinée plus que correcte proposée par la Ganadéria de Maynus avec quelques belles séries malgré un bétail assez capricieux. Mention spéciale à Cédric Duvignau, le plus en vue et le plus régulier ce Dimanche matin.

Morgan Checchin malmené par Juliana. Photo Alexia Fasolo

Le coin challenge

Dargelos Toulouzette : 295,875

C’était le coup d’envoi de la compétition pour les sang et or et ce n’est rien de dire que les hommes étaient motivés, et en sortant des arènes nous pouvons dire que les vaches l’étaient tout autant. Un spectacle des plus agréables, surtout grâce à une première partie très rapide.

Une première partie qui devrait donner des idées aux autres Ganadérias : les deux vaches sans corde proposées par la Ganadéria Dargelos ont donné un excellent rythme à ce premier acte bouclé en moins de 40 minutes ! Affrontées respectivement par Florian Lahitte et Thomas Marty, nous avons assisté à deux très belles sorties avec des vaches bien présentées et plutôt innocentes, idéales donc pour ce type d’exercice. Si Florian obtiendra un écart de qualité, c’est bien Thomas qui nous proposera la meilleure série, principalement sur la corne gauche se permettant même de nous offrir un écart hors compétition pour se venger d’une chute subie à l’écart précédent. Malheureusement, sur la sortie suivante face à Lydia, pourtant agréablement débutée par Florian Lahitte, Thomas Marty subira un gros coup de pointe qui le verra contraint de quitter ses partenaires pour passer des examens complémentaires. Nous espérons bien évidemment son retour le plus rapide possible.

L’autre sortie qui a permis de dynamiter cette première partie est celle de la vache de l’avenir affrontée dès la sortie des loges par Bastien Lalanne qui viendra réaliser une série monter-descendre des plus agréables.

Il viendra terminer la première partie avec les autres jeunes Thibaut Busquet, et Maxime Gourgues. Pour ce dernier, sa meilleure série sera face à la rapide Zapatère : alors que Maxime a plutôt tendance à reculer lorsqu’il tourne en dehors, c’est en avançant et en travaillant bien qu’il viendra tourner un très joli écart intérieur valorisé comme écart de qualité.

Pour revenir à Bastien Lalanne, il aura certainement été (avec Thomas Marty) le malchanceux de l’après-midi avec pas mal de chutes dont une assez violente sur une tentative intérieure face à Diamente qui lui fera faire un beau saut périlleux, non sans rappeler les mésaventures de Morgan Checchin quelques heures plus tôt. Malgré ce manque de réussite, Bastien viendra se classer à la troisième place.

Thibaut Busquet lui s’est montré très volontaire au cours de cette course en débutant par une bonne série face à Favorite puis se présentant lors des deux sorties de Vi d’Evora qui lui permettront de s’installer à la seconde place de l’escalot du jour.

Damien Lucbernet lui n’accrochera pas le podium de l’escalot mais nous aura offert une série à émotion devant Olympe, un des fleurons de la Ganadéria qui venait le chercher sur chaque départ et l’obligeant à lutter sur le moindre écart. Bravo à lui pour son panache.

Mais l’homme de la journée s’appelle Florian Lahitte. Pas grand chose à jeter dans les 33 figures du Pomarézien. Après la série complète face à Donzacquiose et un bref relais devant Zapatère, c’est avec Flamenca que Florian a ravi les spectateurs présents sur les gradins. Après un contre violent et un bref relais de Thibaut Busquet, Florian s’est relevé pour nous offrir une superbe fin de série avec un très bel intérieur et deux écarts bonifiés pour le Bernard Huguet dont un pointé au maximum.

Florian monte à l’escalot avec la très belle moyenne de 4,337.

Côté sauteurs, Guillaume Vergonzeanne a assuré avec brio sa sortie saut (deux beaux périlleux) et s’est très équitablement partagé le reste des sauts avec Mathieu Michelena qui a lui aussi eu droit à sa sortie complète en seconde partie.

Travail efficace des hommes en blanc Nicolas Morandin et Denis Coll et de bons coups de ficelle de Pascal Lalanne qui, malgré le coup de pointe subi par Thomas Marty, a été irréprochable sur le reste de la course.

En résumé, nous avons assisté à ce que l’on peut appeler une course d’équipe bien dirigée par le chef Nicolas Commarieu où tous ont été solidaires face à un bétail compliqué. Si certaines fin de courses risquent d’être très longues, cette première fut très intéressante et donne envie de les revoir dans d’autres conditions.

Florian Lahitte, vainqueur de l’après-midi. Photo Alexia Fasolo

Tops/flop

Tops :

⁃ Le geste de la Ganadéria Dargelos qui a offert 200 € au jeune Maxime Marsan, touché par le syndrome de Kleine-Levin

⁃ La première partie de Dargelos qui grâce à ce format peut convenir aux néophytes comme aux coursayres les plus avertis

⁃ La bravoure et la motivation des acteurs, le matin comme l’après midi qui sont revenus à chaque fois après leurs chocs subis

Flop :

⁃ Des vaches capricieuses le matin avec quelques faux départs qui cassaient quelque peu le rythme du spectacle

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s