Vin d’honneur #04

Après un mois de février très ensoleillé, les traditionnelles pluies de mars étaient de retour ce week-end et c’est donc dans les arènes de Saint Loubouer que nous avons dû nous rendre pour assister à l’entrée en compétition de la Ganaderia Deyris, une course initialement prévue à Vielle-Tursan.

Des leaders déjà omniprésents et des jeunes pleins d’envie, telle était la recette concoctée par l’équipe de Christophe Avignon ce dimanche.

Bienvenue dans le Vin d’Honneur, quatrième édition !

C’est devant donc une très belle assemblée que s’est déroulée cette première course de compétition 2019 de la Ganaderia Deyris.

Au paséo d’ouverture, nous avons pu constater l’absence de trois éléments important de l’équipe à savoir le quadruple Champion de France Loïc Lapoudge, l’ancien champion de France David Laplace et l’octuple cordier d’argent Eric Merville, les deux derniers étant alors respectivement remplacés par Théo Rodriguez et Gilles Béguery.

Lorsqu’à la fin de la course vient l’heure des comptes, on constate que Romain Clavé, Louis Navarro et Jérome Costarramone ont réalisé, à eux trois, près de 80 écarts sur les 100 de l’après midi : omniprésence.

Difficile alors de se faire une place en ce dimanche pour Louis Giacomin et Cédric Desclaux qui avec respectivement 10 et 7 figures se sont vus affronter en Mano a Mano la très jeune Taragone en première partie, puis la plus expérimentée Donzacquoise pour une sortie pas évidente, la vache se retournant sur l’écart.

Pour en venir maintenant aux trois écarteurs les plus présents cet après-midi, le plus jeune, mais aussi le plus en vue avec 30 réalisations Jérome Costarramone nous aura fait étalage de son style élégant, couplé à une attente optimale qui lui auront permis de briller face aux grises Canelite et Pomarezia. Il s’adjugera également la sortie complète devant Ventosa avec un bon travail conclu sur un intérieur bien travaillé. Mais c’est surtout devant la très bien présentée vache de l’avenir qu’il aura régalé le public Loubérin avec une vache imposante venant le saluer sur la corne gauche. Je ne m’attarderai pas plus sur cette sortie car nous vous en avons déjà parlé sur le site par l’intermédiaire de Paul (juste ici : https://entracte.co/2019/03/19/lavenir/ ). Je rajouterai juste que Théo Rodriguez à fait preuve de beaucoup de courage en venant affronter cette bête au port de tête imposant avec un saut de l’ange à risque, qui sera d’ailleurs sa seule figure de l’après-midi.

Il aura fallu attendre la toute fin de la première partie et la sortie de la vache sans corde pour voir l’entrée en piste de Louis Navarro. Une vache presque trop jolie et innocente qui se contentait de passer à côté de l’écarteur sans vraiment chercher à l’attraper. Louis réalisera alors forcément une sortie très propre mais sans réelles émotions qui nous laisse un peu sur notre faim.

En seconde partie, Louis Navarro reviendra pour une tâche pas très évidente : il affrontera d’abord Flamenca seul avec des passages réguliers (un second supérieur), mais conclura la sortie avec un léger accrochage. Enfin, il assumera son rôle de leader en remplaçant au pied levé son chef de cuadrilla devant Ibiza pour une sortie courageuse, la bête jetant sa tête vers l’extérieur au moment de l’écart. Deux parties, et deux ambiances très différentes donc pour Louis qui sera passé de la jolie vache sans corde à deux des plus difficiles marraines de la devise verte et blanche.

La troisième marraine, Colombine, quant à elle retrouvait pour cette première de la saison son partenaire de la temporada passée Romain Clavé. Présente à deux reprises pour l’occasion, c’est bien Romain qui, après s’être échauffé devant Pomarezia (2 en 1ère partie, 4 en seconde) lui tournera les 18 écarts. Une première sortie qui laisse de bons présages, malgré deux chutes lors de passages côté loges. La seconde sortie pour conclure la course sera encore supérieure avec des écarts très réguliers et des attaques sincères côté loges qui lui permettront d’obtenir un écart pour le Bernard Huguet et surtout lui octroyant sa première victoire à l’escalot cette saison avec une moyenne de 3,765.

Enfin je terminerai le tour des écarteurs par le chef Christophe Avignon qui a largement assumé son rôle ce dimanche puisque après avoir débuté la course il est venu, un peu à la surprise générale, affronter Ibiza à la sortie des loges pour un des meilleurs écarts de la journée (le meilleur selon moi). Malheureusement, sur l’attaque suivante elle viendra le chercher à l’extérieur lui infligeant un rude contre dont il se relèvera difficilement et qui l’empêchera de prendre sa revanche.

Côté sauteur si nous avons déjà évoqué le saut de Théo Rodriguez nous devons parler de la solide prestation du Champion de France Kévin Ribeiro qui réalisera pas moins de 18 sauts tout au long de l’après midi, réalisant par ailleurs par deux fois le score de 30 dans ses sorties imposées au dessus de Décibélia. Si je dois dire que de là ou j’étais placé ce score me laissait sceptique, après visionnage de la vidéo d’Aurélien Mondine sur le site mpcourselandaise.com je le trouve finalement justifié. Notons d’ailleurs l’esprit de compétiteur du garçon, en témoigne l’expression de son visage lorsqu’il fait une petite erreur à la réception de son second périlleux lors de la première sortie.

Du côté de l’entraînement, un travail sérieux et surtout dynamique : une vache était à peine rentrée que la corde de la suivante était déjà déroulée : pas de temps mort à noter tout au long de la course.

Pour conclure, il y a un homme qui a su se mettre en avant : appelé à monter en remplacement d’un Eric Merville convalescent, Gilles Béguery aura satisfait l’assemblée avec des coups de ficelle très juste, comme devant la vache de l’avenir. Mais tenir Ibiza est une autre paire de manches, et si elle a été docile lors du premier galop, elle l’aura surpris dès le second annonçant alors une sortie compliquée. Nul doute que s’il est amené à la tenir de nouveau un jour il saura désormais à quoi s’attendre et sera plus juste encore.

En résumé, un bétail très solide était proposé aux hommes de Christophe Avignon. Si cette course n’apparait pas comme une immense référence pour la saison à venir, elle a tout de même laissé présager des futurs affrontement très intéressants et, lorsque la fameuse magie prendra et qu’une sortie parviendra à monter en puissance au fil des passages, alors nul doute que leurs spectacles vont monter en niveau, en qualité et fatalement en points. Un très bon démarrage donc pour la Ganadéria Deyris.

Romain Clavé, vainqueur du jour. Photo Alexia Fasolo

Les Tops/flop

Les tops :

⁃ La sortie de la vache de l’avenir par Jérome Costarramone et Théo Rodriguez

⁃ La prestation globale de Gilles Béguery en remplacement d’Eric Merville

Le flop :

⁃ Alors que j’écris ces lignes sous un soleil radieux, je vous concède que ma déception fut grande en apprenant que la course se tiendrait à Saint Loubouer. Alors si ce n’est évidemment la faute de personne, en ces premiers jours de printemps je n’ai qu’une chose à vous dire : vivement l’été !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s