Revue d’effectif : Dal 2019

Comme toutes les bonnes choses ont une fin, il est l’heure d’aborder l’ultime revue d’effectif de la saison. En effet, il est temps pour la dernière équipe encore en vacances de retrouver la compétition ce Dimanche. Cette équipe, c’est bien évidemment celle des Jaunes et Noirs de la Ganaderia Dal. Qui aura le rôle de leader, qui devra se contenter des plus petites parts du gâteau ? Eléments de réponse avec les forces en présence des protégés de Michel Agruna.

Amis coursayres, Bienvenue dans la revue d’effectif de la Dal version 2019.

Ce serait peu de dire que le mercato hivernal fut quelque peu agité du côté de Aire sur l’Adour. Du côté des départs dans un premier temps : ceux de Vincent Muiras et d’Elias Dumon, puis bien évidemment par la suite du côté des arrivées avec un transfert « groupé » puisque ce sont trois anciens pensionnaires de la Ganaderia Dargelos qui ont rejoint les rangs des jaune et noir cette année. Le dernier transfert en date, celui de Jean Ducassou, s’est d’ailleurs produit dans les toutes dernières semaines de la trêve hivernale alors que les premières présentations pointaient le bout de leur nez. En sureffectif, son arrivée provoquera le départ de Thibaut Busquet qui fera le chemin inverse pour les sang et or. 4 pensionnaires de la Dal 2018, 3 de Dargelos 2018, tel est le cocktail Dal 2019 qui nous sera proposé : Revue d’effectif :

Photo Pickwicq : DAL 2019

Chef de Cuadrilla :

Christophe Dussau

Le bilan : 18 ! Voila 18 saisons que Christophe Dussau officiait comme chef de cuadrilla au sein de la Ganaderia Dal. Lui que l’on ne présente plus, octuple champion de France et incontestablement selon moi parmi les dix meilleurs écarteurs de l’ère moderne, il a voué toute sa carrière à la devise jaune et noire et en est aujourd’hui le fier dirigeant en piste. Malheureusement, si l’envie est toujours là le physique finit toujours par diminuer. Une grave blessure à l’épaule le contraindra de stopper net sa saison d’écarteur, et d’après la gravité de la situation un écart de Christophe Dussau devrait être chose extrêmement rare dans les saisons à venir. Il se concentrera alors le reste de la saison sur son rôle de chef. Et si sa science du placement et ses connaissances de la course sont indéniables, nous avons tout de même pu assister en fin de saison à quelques situations délicates comme à Pontonx sur l’Adour où, sans une Caroline Larbère salvatrice, la sortie de Soltera aurait été difficile à exécuter. Gageons que cette image n’était qu’un épiphénomène, signe de la nécessité de renouveau des acteurs car n’oublions pas que Christophe aura amené jusqu’au bout le Champion et le vice-champion de France des écarteurs 2018, excusez du peu !

Et maintenant : S’il ne devrait plus montrer l’exemple au centre de la piste, nul doute que sa connaissance de la course citée précédemment lui permettra de prodiguer de précieux conseils à ses hommes leur permettant d’être poussés vers le haut et de donner le meilleur d’eux même.

Son équipe :

Les écarteurs :

Mathieu Noguès :

Le bilan : Cette année encore, le leader de la devise jaune et noire se nomme Mathieu Noguès. Auteur d’une saison de très haute volée, qui avait commencée de très belle manière avec des sorties mémorables face à Soltera à Gamarde ou encore Yeltessa à Samadet, une saison ponctuée par la victoire lors du concours Landais des fêtes de Dax. Malheureusement, cette saison laissera certainement un goût amer à Mathieu : un écart… pour un écart il ne soulèvera pas le titre suprême. Un contre subi à l’intérieur devant la reine Soltera lui infligera un k.o. laissant la victoire à son cadet et coéquipier Gauthier Labeyrie. Une saison pleine de panache donc qui malheureusement ne sera pas récompensée.

Et maintenant : On le sait, les coups font mal. Et après plus de 10 ans de carrière en formelle, avec l’engagement qu’on lui connaît, il en a pris des coups. De plus, avec sa ganaderia il s’est investi dans un nouveau projet qui demande du temps et beaucoup d’effort physique. Il l’a alors dit lui-même, cette saison, le plus haut niveau n’est pas son objectif. Du moins, d’après lui seulement : car après ce que l’on a vu lors de Génération Nouvelles, Mathieu est bien en forme, bien motivé est encore en capacité de jouer les tout premiers rôles cette saison. Nul doute alors que plus la saison avancera et moins Mathieu ne pourra résister à l’envie d’ajouter quelques lignes à son palmarès et c’est donc très volontiers que nous le retrouverons dans les différents concours et pourquoi pas même, si sa saison le lui permet ce qui est très envisageable selon moi, le retrouver dans les arènes du plumaçon en fin de saison.

Gauthier Labeyrie :

Le bilan : Il est sans conteste la grande révélation de cette Temporada 2018. Si il avait déjà montré des prémices de son talent en 2017 non seulement au pôle espoir mais aussi lorsqu’il a eu l’opportunité de goûter à l’échelon supérieur avec cette victoire à Pimbo en fin de saison, c’est réellement en 2018 qu’il aura surpris son monde. Surpris est peut-être un grand mot car le talent de Gauthier est une surprise pour personne. Battu au championnat des jeune par Jérôme Costarramone, Gauthier a débuté cette saison 2018 encore plus fort avec des prestations solides. Au fil de la saison, l’insouciance qui l’a amené au sommet de l’escalot durant le début de la saison s’est transformée en expérience. De l’expérience à 17 ans, chose rare mais à la hauteur du phénomène qu’il est. Invité au concours de Dax, il aura constaté le chemin qu’il lui restait à accomplir en venant échouer à la troisième place après avoir tenté un intérieur plein de panache. Sa superbe saison lui permettra d’être premier remplaçant à Aire sur l’Adour. La suite, tout le monde la connaît. Sans commettre une seule erreur ce jour là il viendra du haut de ses 17 ans remporter le titre suprême de champion de France.

Et maintenant : Ce 30 septembre là, j’entendais déjà autour de moi certains dire « ça va être difficile à assumer c’est trop tôt pour lui, il aurait peut-être mieux fait de ne pas gagner ». Bien évidemment, je ne suis pas d’accord avec cela : le titre de champion, ça se prend, peu importe le moment, peu importe l’âge : il est rentré dans l’histoire de la course landaise et ce à jamais. Alors même si cette saison 2019 doit être compliquée, ce sera au pire le prix à payer. Mais honnêtement je pense qu’il n’en sera rien, le championnat de Gauthier a été à la hauteur de sa performance au cours de la saison, il n’a pas surperformé ce jour là. Nous pouvons donc penser que c’est sur ce rythme là qu’il abordera sa saison 2019 et si les coups le laissent tranquille,Il y a des chances qu’il soit en capacité de défendre son titre à Mont-de-Marsan cette saison.

Fabien Gontero :

Le bilan : Comme ses trois camarades, Fabien n’a lui aussi connu que la Dal en formelle. Lui qui a vécu une fin de saison difficile avec un bras déjà cassé par le passé et qui a cédé de nouveau le 15 août à Pomarez. Fabien aura été sur tous les fronts en n’hésitant pas par exemple à se présenter devant Yeltessa lorsque ce fût nécessaire.

Et maintenant :  Toujours très volontaire et capable de se présenter face à de nombreuses bêtes, Fabien sera un élément crucial de l’équipe, surtout lorsqu’elle sera dans le dur. Très styliste, ses qualités lui permettent en effet de se présenter face a la toute première vache de la course comme devant les marraines de la devise jaune et noire. À lui cependant de ne pas se perdre entre tout cela et de trouver sa place au sein du collectif.

Cyril Dunouau :

Le bilan : On ne peut évoquer la saison 2018 de Cyril sans commencer par son duo face à Fidelia qui aura rythme sa temporada. Une vache pas facile à faire briller qui lui aura permis de démontrer toutes ses qualités. Parfois dans l’ombre de Thomas Marty, il n’en reste pas moins un leader, preuve en est de sa qualification au Championnat. Capable de se présenter devant les vaches sans corde comme devant les marraines, Cyril Dunouau peut apporter beaucoup dans une équipe.

Et maintenant : Parfois défini comme individualiste, Cyril prend un sacré risque et se remet totalement en question avec ce changement de ganaderia. En effet, avec la présence de Mathieu Noguès et du champion Gauthier Labeyrie les places de leader risquent d’être très chères en cette saison 2019. Lui qui comme je l’ai dit était présent à l’instar de ses deux camarades au championnat de France, il devra trouver une entente avec ses partenaires lors des fin de courses pour pouvoir espérer retrouver cette place. Mais avec le bétail très fourni au sein de la ganaderia Aturine, nul doute que chacun trouvera sa place et aura l’occasion de s’exprimer devant ces dernières.

Julien Guillé :

Le bilan : Était-ce la saison de trop pour Julien Guillé ? Déjà pressenti sur le départ depuis maintenant deux ou trois saisons, cette année sera finalement la bonne. Côté piste, il affronte souvent le même bétail : ce même bétail qui l’a tant meurtri, un bétail donc devant lequel il n’est plus en confiance. En fin de saison son épaule lui jouera de nouveau des tours : la blessure de trop qui le conduira sur la table d’opération.

Et maintenant : S’il faudra attendre la fin du mois d’avril voire même plus encore pour revoir Julien en piste, nul doute qu’il reviendra motivé, prêt à en découdre avec de nouvelles partenaires dont il connaît moins les vices, des partenaires avec lesquelles il pourra s’exprimer pleinement sans la moindre appréhension.

Jean Ducassou :

Le bilan : Après une première saison très difficile due à une blessure début août qui le tiendra écarté de la piste, Jean a su en cette saison 2018 tirer son épingle du jeu dans un collectif en difficulté. Régulièrement, la barre des 20 écarts aura été dépassée lors de ses spectacles. C’est surtout devant les vaches de l’avenir que Jean nous aura donné les plus grandes satisfactions : Styliste, feinteur et très connaisseur du bétail, il a su exploiter chaque vache de l’avenir qui le lui permettait.

Et maintenant : Cette saison, je m’attend à le voir beaucoup évoluer en première partie. Pour ce qui est de la seconde partie, il devra profiter de ce début de saison où il aura je pense l’occasion de s’exprimer pour montrer qu’il a les épaules pour se présenter face aux vaches les plus dures de la ganaderia car c’est ce petit cap qui lui manque pour franchir un palier supérieur. Jean a donc les cartes en main, à lui de correctement les utiliser.

Côté sauteurs :

Etienne Grenet :

Le bilan : Si en compétition Étienne ne sort pas de sa meilleure saison, cet homme de défis nous aura gratifié de quelques sauts à risques devant vaches et toros. Véritable tête brûlée, le défi ne lui fait pas peur, lui faisant alors parfois délaisser la technique au profit de l’émotion.

Et maintenant : Sa préparation hivernale intense s’est ressentie lors de ses premiers spectacles en cette année 2019. Le garçon est en forme et si il se concentre sur les détails techniques il peut réaliser quelques belles performances cette saison.

Une fois de plus seul sauteur de l’équipe, il devra cette année encore gérer sa saison pour l’assumer du premier au dernier jour.

Les hommes en blanc :

Cette année encore, c’est le duo Jean-Francois Deyris, Serge Junca qui officiera à l’entraînement, du moins lorsque le dernier sera rétabli d’une blessure à la main. Un duo expérimenté qui se connaît bien et qui fonctionne. Au bout de la ficelle, la confiance est renouvelée à Bernard Lansaman auteur d’une belle saison 2018 mais lui aussi toujours convalescent.

Côté bétail :

Jusqu’au 14 juillet minimum, la corne d’or portera la devise jaune et noire. Et bien souvent c’est devant elle que se sont joués les concours cette saison. Si Soltera est bien évidemment la tête d’affiche, nous risquons de voir quelques beaux affrontements bien avant cette dernière sortie tant le bétail est fourni. Et comme si il ne l’était pas déjà assez, il se murmure même en coulisses qu’une certaine Maynusia pourrait faire son retour, mais il est encore trop tôt pour savoir si elle le pourra.

En bref :

Cette équipe 2019 sera sur le papier très solide et pourra certainement aller loin avec des garçons pleins d’ambitions. Tous très stylistes, les scores pourraient bien s’envoler si la réussite est de leur côté. Il sera toutefois intéressant de voir comment avancera l’équipe dans le dur de la saison lorsqu’il faudra se présenter devant les vaches dures, là où un Vincent Muiras leur a tant rendu service la saison passée.

Affaire à suivre…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s