Vin d’Honneur #07

Pour la première fois de la saison, une cuadrilla devait effectuer deux spectacles en un week-end. Cette équipe, c’est celle des hommes de Vincent Muiras rattachée à la Ganadéria de La Mecque. Le dimanche, c’était aussi jour de compétition pour la Ganadéria Armagnacaise qui souhaitait se relancer après une première compliquée. Ont-il réussi à redresser la barre ? Qui s’est montré le plus à son avantage lors de ces deux spectacles en deux jours du côté de La Mecque ? Réponse tout de suite.

Bienvenue dans le Vin d’Honneur, septième édition.

La Mecque à Toulouzette et Estang

Le samedi, la cuadrilla de Vincent Muiras ouvrait le week-end du côté de Toulouzette avec une course de soutien pour Maxime Marsan. Pour l’occasion, ce sont de jolies et jeunes vaches qui étaient présentés à l’assistance tout au long de l’après midi.

Et dans la continuité de son début de saison, celui qui aura été le plus en vue, et qui aura certainement ravi le plus le public n’est autre que l’expérimenté Olivier Larrieule.

En bon spécialiste qu’il est, il viendra d’abord affronter la vache sans corde, avec des passages au plus près sur chaque corne. Dans la foulée, il partagera avec Viny Philipot la blanche Brazilia qui faisait son retour, retour mitigé puisque sa sortie sera écourtée suite à des galops compliqués, la vache se retournant sur l’écart. Enfin, il conclura la première partie aux côtés de Théo Gayan face à la rapide Navarra qu’Olivier n’hésitera pas à prendre dès la sortie des loges.

En forme en ce début de saison, Théo Gayan aura réalisé une course plutôt en deçà de ses  capacités, un peu d’ailleurs comme son coéquipier Viny Philipot, qui rectifieront quelque peu le tir le lendemain.

Pourtant, ce dernier avait globalement bien commencé avec des passages corrects face à Adélaïde puis pour débuter Juliana, coursière que s’accaparera le jeune Jules Lorreyte pour des figures sincères et très encourageantes, surtout sur la feinte, malgré les trois chutes qu’il aura subies lors de cette sortie.

La seconde partie nous aura permis de voir qu’un Larrieule peut en cacher un autre. Si Olivier, dans la lignée de son début de course, viendra nous offrir un beau final en duo avec son chef de cuadrilla (et un relais de Théo Gayan) une nouvelle fois devant Navarra, c’est bien le fils Lucas qui signera la meilleure sortie de cette seconde partie devant Miranda avec 8 belles figures, et un écart intérieur dans la série.

Une seconde partie qui nous aura également permis de découvrir dès la première sortie un jeune écarteur qui faisait son premier paséo aujourd’hui. Très sincère et avec une bonne attente, Lucas Mondin aura été l’une des surprises de la journée avec 5 écarts au plus près et il sera intéressant de le voir évoluer au cours de la saison. Autre première, le retour de Julien Lajus pour sa première course en 2019, lui qui n’était pas aligné à Gamarde. Après s’être lancé aux côtés de Théo Gayan, Viny Philipot et Sébastien Bidaubayle pour débuter la course avec Adelaïde, on le verra principalement devant une distraite Cordoba pour une série pas évidente de 4 figures avant de laisser la place à Viny Philipot.

Enfin le dernier écarteur à présenter et non des moindres n’est autre que le chef de cuadrilla Vincent Muiras, assez discret du côté de Toulouzette avec à son actif une sortie monter-descendre face à Gabardanne puis la série venant conclure la course devant Navarra avec un écart intérieur et une tentative (échouée) de monacoline.

Côté sauteurs le Champion de France Kévin Ribeiro avait accepté l’invitation et aux côtés de Corentin Remon, ils nous ont offert deux belles séries face à Chispa, ponctuées par une rondade du jeune champion, Kevin qui participera également à la conclusion de la course avec un périlleux suivi d’un enchaînement.

A l’entrainement le travail était délicat avec beaucoup de jeunes vaches et nous avons eu droit à quelques faux départs dommageables. Au bout de la ficelle, rien à reprocher à Laurent Deyris.

Le lendemain, presque toute cette équipe était reconduite pour se produire à Estang. Côté écarteurs, Julien Lajus, Lucas Mondin et Sébastien Bidaubayle laissaient leur place à Baptiste Bordes, invité à ce spectacle. Chez les sauteurs Dominique Larié retrouvait sa place laissée à Kevin Ribeiro la veille et enfin à l’entrainement David Martinez n’était pas présent en piste.

Et l’on peut dire que l’invité du jour Baptiste Bordes s’est certainement fait plaisir du côté d’Estang avec une première vache sans corde très bien présentée qu’il aura su bien exploiter, sur la feinte comme sur le saut, à droite comme à gauche. Malheureusement, la deuxième qui lui sera proposée n’aura pas le même rendement cherchant constamment une échappatoire et par conséquent faisant le tour de la piste en évitant son centre. Juste avant cette sortie, nous avons pu voir Baptiste à l’oeuvre face à Fuegara, une coursière à haut port de tête débutée par Viny Philipot et que Baptiste Bordes viendra donc travailler pour deux jolies feintes à l’extérieur, puis une dernière à l’intérieur après avoir été chahuté sur le saut. Enfin il viendra terminer sa course face à la vache de l’avenir, une coursière imposante qu’il a su travailler sur le grand saut au plus près des planches. 

Pour revenir à la cuadrilla plus traditionnelle, la course avait été débutée par Viny Philipot devant Coralia, relayé par Jules Lorreyte pour trois figures (ses seules de l’après-midi). L’après midi de Viny sera ensuite principalement marquée par sa sortie compliquée face à Avispada, vache qui lui avait superbement réussie du côté de Gamarde mais qui fut bien plus capricieuse aujourd’hui. Concernant les deux autres jeunes de l’équipe Théo Gayan et Lucas Larrieule, ils nous auront offert deux très jolies séries en duo devant la belle Challenguère puis la large Garrocha. En seconde partie, Théo Gayan rajoutera 5 figures supplémentaires à son actif en venant débuter Morena, une vache prenant de la corde qu’il viendra redresser à l’interieur, terminant malheureusement un genou au sol.

Comme la veille, ce sont donc les hommes d’expérience qui se sont montrés le plus à leur avantage. Olivier Larrieule d’abord face à la pas facile Ozariane, puis face à la large Eva qui viendra le châtier durement au sol. Un coup dont il se relèvera tant bien que mal pour venir prendre sa revanche. En seconde partie on le retrouvera pour débuter la vache de l’avenir, ainsi que Esperanza, dernière coursière de la journée qu’il laissera ensuite à Vincent Muiras, lui qui réalisera la moitié de ses écarts (10 sur 20) devant cette seule coursière, avec au passage un écart intérieur et terminant la sortie ainsi que la course par une monacoline.

Côté sauts, belle prestation des deux Soustonnais Corentin Remon et Dominique Larié, l’ancien Champion de France nous offrant d’ailleurs une très belle rondade face à Saltadora.

A l’entrainement, Mathieu Crabos, Christophe Lacoste et Jérome Mièle ont eu le travail plus facile que la veille, petite frayeur pour ce dernier tout de même au moment de s’accrocher au mur pour éviter la vache, le faisant tomber de haut.

En résumé, deux course aux bétails très différents, mais deux spectacles très plaisants, chacun dans son style donc, où les plus expérimentés ont montré la voie aux jeunes avec une mention spéciale à Lucas Larrieule, le plus régulier des quatre jeunes écarteurs présents aux deux courses.

Le coin challenge

Armagnacaise, Classun : 286,375 points

Après la course difficile de Gamarde, les hommes d’Alexandre Duthen souhaitaient renouer au plus vite avec la réussite pour leur seconde course de compétition. Mais comme le dit l’adage le plus connu de Course Landaise : les hommes proposent et le bétail dispose. Et malheureusement, le bétail n’était justement pas extrêmement disposé à sortir la course de l’année…

Pourtant, tout avait assez bien commencé avec la jeunesse au pouvoir et les sorties des jeunes Poca Pena et Maya travaillées également par les jeunes principalement : Elias Dumon devant les deux partenaires pour des passages supérieurs au plus près devant la grise Poca Pena, et Xavier Piraube face à Maya.

Puis vint la Vache de l’Avenir, une vache sortant avec fougue du toril et laissant présager une série comme Gaëtan Labaste sait nous les proposer. Mais, pas assez forte physiquement, elle s’éteindra petit à petit, poussant même Gaëtan à tenter des figures sans pouvoir compter sur bon placement de la corde, histoire de profiter du dernier jus dont elle disposait avant qu’il ne s’envole.

La vache sans corde qui a suivi était cependant d’un tout autre acabit. Bien présentée, rapide et se prêtant au jeu, elle aura permis à Alexandre Duthen d’en tirer une bonne série ponctuée d’un écart retenu de qualité. Pour terminer la première partie, quelques touches sont venues entacher la sortie de Jazz’In pour Rémi Latapy, suppléé par Gaëtan Labaste, puis pour Maxime Dessa devant Corella qui viendra tout de même réaliser l’une des meilleures sorties de l’après midi.

En seconde partie, les sorties d’Algeria et de Verone furent assez compliquées. Celle de Lorenzaga supérieure par rapport à ces deux, mais marquant aussi le début des ennuis de la seconde partie avec une vache distraite et plutôt dure à placer. Et pourtant… nous aurions certainement préféré voir une seconde série de sa part plutôt que la sortie d’une Palomajera totalement méconnaissable. Elle qui était pourtant si prometteuse en fin de saison dernière se permettant même le luxe de terminer la course de présentation, n’était que l’ombre d’elle même ce dimanche, pourtant dans les mêmes arènes de Saint Loubouer. Une vache prenant possession du côté loges, ne voulant donc logiquement pas partir depuis ce côté, mais également très difficile à faire remonter jusqu’à l’autre côté de la piste. Ajoutez à cela un ou deux faux départs, et vous obtenez peut être dès le mois d’avril la sortie la plus longue de la temporada 2019. Peut être peut-on regretter le manque de prise de risque du duo d’entraineurs ne souhaitant pas s’approcher à distance réduite de la coursière, mais ce qui est sûr, c’est que cet état inhabituel ne doit pas se reproduire à l’avenir. La fin de course en devient alors presque anecdotique avec pourtant du bon travail de Rémi Latapy et Maxime Dessa devant Bonite et surtout de Gaëtan Labaste face à sa partenaire Guadalajara avec laquelle il sera auteur de la meilleure sortie de la course s’octroyant au passage un écart pour le Bernard Huguet.

Seul sauteur en piste, on sent que Louis Ansolabéhère n’est pas revenu à 100% de ses moyens après ses déboires lors de la première course. S’il a plutôt assuré le capital point en première partie, sa prestation de la seconde, surtout face aux vaches à écarter n’est pas dans ses standards habituels.

En toute fin de première partie, les jeunes Maxime Montaut et Bastien Meunier de l’école taurine se sont accaparés agréablement la sortie de Maravilla.

A l’entrainement, quelques lâchers délicats en première partie pour David Loupien et Gaël Forfert et puis cette sortie regrettable de Palomajera, même si vous l’aurez compris la bête à sa large part de responsabilité.

Au bout de la corde, 2 touches sans conséquences sont à déplorer en première partie pour Didier Latapy qui a très bien corrigé le tir en seconde.

En résumé, espérons que l’air frais et les arènes découvertes d’Amou permettront un rendement des coursières supérieur à ce que nous avons connu lors de leurs deux premières sorties pour que, à l’heure des rameaux, les Rouge et Noir lancent enfin leur saison 2019

Les Tops/Flops :

Les Tops :

  • La diversité du bétail proposé par Christophe Lacoste avec de jeunes vaches extrêmement bien présentées.
  • Les premiers écarts officiels de Maxime Montaut qui n’a pas succombé à la pression pour cet évènement. Profitons en pour mentionner Lucas Mondin et ses débuts également très méritoires.
  • Olivier Larrieule qui malgré les coups subis est toujours présent tout en haut de l’affiche plus de 15 après ses victoires en concours.

Le Flop :

  • J’aurais pu le faire en plusieurs points mais de manière générale la course de Classun a déçue. Ces différents points sont la vache de l’avenir, Palomajera et en conséquence la trop longue durée du spectacle.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s