Vin d’Honneur #08

Ce week-end était placé sous le signe des retours : celui de la Dal à Barcelonne du Gers, et celui de l’Armagnacaise à Amou. Aussi, la course de Barcelonne marquait le coup d’envoi du challenge de l’Armagnac 2019. Retour sur les deux courses de compétition du week-end.

Bienvenue dans le Vin d’Honneur, huitième édition !

Dal à Barcelonne du Gers : 296,250 points

C’est dans un contexte assez délicat que se présentait la Ganadéria Dal pour cette première dans le challenge de l’Armagnac cette saison. En effet, à l’heure du paséo les pensées se dirigeaient plutôt du côté de Monsieur Jacques Gaïotti, maire du village très souffrant en ce 14 avril de par une maladie foudroyante. Malheureusement, trois jours plus tard, nous apprenions son décès des suites de cette maladie. J’adresse alors toutes mes condoléances à sa famille, à ses amis, ainsi qu’à tous les coursayres de Barcelonne du Gers qui perdent là un de leurs piliers. Cet article lui est brindé.

Le temps n’était donc pas à la fête en ce dimanche d’avril… mais la course devait avoir lieu, alors essayons de nous replonger dans le côté sportif de cette journée.

Comme depuis le début de la saison, la cuadrilla de Christophe Dussau est arrivée amoindrie dans les arènes : toujours pas de Serge Junca et de Bernard Lansaman à l’appel, remplacés par Nicolas Morandin et Laurent Deyris. Côté écarteurs, le retour de Julien Guillé aura peut-être été légèrement avancé dans le calendrier suite à la blessure de Fabien Gontero. Le principal est tout de même assuré : ils seront cinq écarteurs pour pouvoir assurer le spectacle… du moins si les coursières restent clémentes. Malheureusement, la grise Andréa montrera aux spectateurs présents en nombre sur les gradins que sa présence lors des grands concours de la saison n’est en rien le fruit du hasard : alors qu’elle apportait la conclusion à la première partie, elle aura, en seulement quatre départs, sévèrement malmenés le Champion et le Vice-Champion de France, rien que ça. Si le premier, Gauthier Labeyrie, se relèvera non sans douleurs et difficultés après avoir été sévèrement châtié au sol, le second, Mathieu Noguès, n’eut pas cette chance. Alors qu’il avait remplacé au pied levé son jeune coéquipier, il sera pris de plein fouet lors de sa seconde figure devant la grise, sa seconde de la course entière d’ailleurs.

Malheureusement, il n’y en aura pas de troisième puisque après avoir subi ce violent choc Mathieu se retrouvera k.o. par terre. Evacué par la protection civile, nous ne le reverrons pas en piste ce Dimanche après-midi. C’est donc un Gauthier Labeyrie meurtri qui terminera la sortie en allant obtenir, en serrant les dents, un écart de qualité dans la sortie. Outre deux relais devant la première coursière du spectacle Fandiña, c’est d’ailleurs uniquement devant Andrea que nous le verrons évoluer puisqu’il reviendra l’affronter en seconde partie.

Julien Guillé faisait donc lui son retour en piste après une opération à l’épaule. Avant tout une course de remise en jambes pour lui qui lui aura permis de reprendre des repères et de retrouver des sensations devant les jeunes Fandiña et Emanuella, une coursière qu’il affrontera par deux fois, mais qui le cueillera avec sa corne lors de leur première série. Une chute tout de même bénéfique car toujours redoutée après une longue absence pour blessure mais il se relèvera immédiatement et c’est donc parfaitement confiant qu’il continuera la série pour nous offrir quelques agréables figures.

Mathieu Noguès contraint à l’abandon, Gauthier Labeyrie souffrant et Julien Guillé en phase de reprise : ils n’étaient alors plus que deux écarteurs pour assurer le gros du spectacle. Et avec respectivement 40 et 35 écarts, on peut dire que les mugronnais Jean Ducassou et Cyril Dunouau ne se sont pas montrés avares de leurs qualités et ont assuré la bonne tenue du spectacle. Pour le plus jeune, Jean, il aura eu l’honneur de débuter la course devant Fandiña, qu’il aura dû redresser à l’intérieur, puis après avoir assuré un relais à Julien Guillé devant Emanuella, il viendra, comme souvent depuis un an maintenant, affronter la vache de l’avenir. Une bête bien présentée qu’il viendra attaquer à la sortie des loges pour une série monter descendre avant de lui infliger un très bel écart intérieur, puis de se présenter en duo avec Etienne Grenet l’un devant l’autre. Une sortie rapide et variée comme on les aime.

Dans la foulée, Cyril Dunouau se présente lui devant la vache sans corde, une jeune bête aux déboulés rapides et se prêtant au jeu permettant à Cyril d’en tirer une série agréable.

Ils termineront alors tous les deux leur première partie face à la rapide Superbabé pour un Mano à Mano très régulier ponctué par un écart de qualité attribué à Jean Ducassou. En seconde partie, on prend les même et on recommence, cette fois ci devant la sérieuse Vaya Con Dios, et c’est au tour de Cyril Dunouau de se voir attribuer un écart de qualité.

Outre des relais pris devant Emanuella et Andréa, c’est surtout devant Machora que Jean Ducassou s’exprimera le plus en seconde partie puisqu’il sera auteur de la sortie complète après qu’Etienne Grenet l’ait débutée par un saut de l’ange. Une sortie méritoire pour Jean devant une coursière difficile et redoutée après ses prestations très sérieuses lors de ses dernières sorties.

Mais l’homme de cette fin de course fut incontestablement Cyril Dunouau puisque, outre le périlleux d’Etienne Grenet au dessus de la corne d’or, c’est bien Cyril qui affrontera en solo les deux dernières coursières du spectacle Buracca et Soltera. La grise lui permettra une sorte de mise en jambes, toujours aussi dangereuse avec son port de tête très haut. Mais c’est surtout devant la corne d’or Soltera qu’il viendra nous régaler avec notamment deux écarts de qualité dont un obtenant la note maximale, et un score pour le travail avoisinant très fortement les trente points. Belle course en général donc pour Cyril qui aura su endosser et assumer le rôle de leader dans cette course difficilement engagée d’un point de vue collectif.

Une fois encore Etienne Grenet aura assuré tous les sauts qui lui étaient demandés. Pas la course parfaite mais une prestation encore une fois très sérieuse de l’omniprésent et volontaire sauteur jaune et noir.

Travail sérieux à l’entrainement, si les touches de Mathieu Noguès, voir même de Gauthier Labeyrie ne sont pas forcément à attribuer à Laurent Deyris, on ne peut pas en dire autant de celle de Julien Guillé, qui reste sans conséquences. Laurent aura ensuite très bien assumé son rôle, surtout en seconde partie avec des coups de ficelle très sûrs.

En résumé, une course au cours de laquelle solidarité était le maître mot, avec Cyril Dunouau et Jean Ducassou qui ont porté leur équipe jusqu’au bout du spectacle effectuant 35 et 40 écarts pendant que le reste de l’équipe, diminué par les coups devant Andréa, ou prudents pour le retour de Julien Guillé, en cumule 30. Il faut donc espérer que les coups seront bien encaissés et les blessures vites soignées pour pouvoir enchainer un premier week-end à deux courses cette saison.

Armagnacaise à Amou : 320,375 points

Lorsque l’on arrive en terres amolloises, d’autant plus quand on s’approche de la place de la Técouère, les couleurs vertes et blanches nous viennent immédiatement à l’esprit. Et pourtant, ce dimanche, c’est bien la devise rouge et noire de la Ganadéria Armagnacaise qui avait pris possession de la piste pour cette course des Rameaux. Il fallait donc absolument réussir cette course, d’une part, pour se rattraper des deux premiers spectacles en deçà de ce qu’est capable de proposer cette équipe victorieuse du Landes-Béarn la saison passée, mais aussi donc pour relever le défi de se produire sur les terres de la Ganadéria Deyris, et également en quelque sorte l’occasion de rendre hommage à cette grande famille coursayre qui vit actuellement une période délicate. 

C’est donc totalement motivés que les hommes d’Alexandre Duthen se sont présentés en piste à l’heure du paséo d’ouverture, et c’est le chef de cuadrilla en personne qui débuta la course, relayé ensuite par Xavier Piraube devant Préciosa pour quatre figures chacun.

Puis face à Esmeralda débutée par Maxime Dessa, Elias Dumon fut pris de malchance avec trois chutes lors de ses quatre tentatives. Malheureusement, à son avant-dernière figure, la coursière lui infligea un grand coup de sabot dans la tempe, le laissant quelque peu étourdi le reste de la première partie. Par mesure de précaution, il ne sera pas rappelé à se présenter devant une autre coursière et ces quatre écarts seront donc les seuls pour lui dans cette après-midi.

Devant une jolie vache sans corde, Rémi Latapy effectuait sa première sortie devant une vache libre cette saison, une sortie réussie avec de belles figures sur les deux cornes de la coursière, qui malheureusement s’écornera contre une talenquère. On le retrouvera ensuite uniquement devant Nerva, juste après cette sortie de sa vache sans corde, pour quatre passages au plus près, dont un récompensé par un écart de qualité.

C’est donc dans une configuration plutôt similaire à ce que l’on pouvait voir en fin de saison dernière que la Ganadéria Armagnacaise a assuré le plus gros de la course avec trois leaders qui se détachent clairement de par leur nombre de figures : ces leaders sont Alexandre Duthen et Maxime Dessa, quasiment les locaux du jour, et l’homme en grande forme en ce début de saison Gaëtan Labaste. 

Pour Alexandre, après avoir donc débuté la course, puis partagé avec Rémi Latapy la sortie de Nerva, c’est devant sa partenaire habituelle Alegria qu’il sortira sa meilleure série, que ce soit avec des départs en fond de piste ou côté loges. Des écarts pleins de détermination pour le chef de Cuadrilla qui obtiendra sur cette série un écart de qualité.

Mais plus encore que leur chef de cuadrilla,  ce sont bien Maxime Dessa et Gaëtan Labaste qui se sont le plus montrés à leur avantage du côté d’Amou, surtout ce dernier qui aura débuté sa course devant une superbe vache de l’avenir où il nous proposera une sortie monter descendre avec un passage à l’intérieur, avant que Louis Ansolabéhère ne vienne conclure cette très belle sortie par une rondade Flip (double rondade) millimétrée, le dernier appel se prenant au ras du museau de la coursière pour un saut à émotion, lui qui nous avait déjà distillé une rondade plus « classique » au cours de cette sortie.

Louis Ansolabéhère dans sa rondade flip devant la vache de l'avenir.
Rondade flip au millimètre ! Photo : Maéva Dauga (Maéva Photography)

Maxime Dessa et Gaëtan Labaste viendront alors conclure cette première partie en affrontant Corcha devant laquelle ils signeront une jolie série avec un intérieur chacun. Et si Gaëtan a glissé lors de son premier passage, il se rattrapera sur les trois autres en obtenant deux écarts de qualité.

Il viendra ensuite débuter la seconde partie face à la large Jazz’In, une vache mettant du temps à s’élancer mais qui une fois partie fonce droit sur l’homme. Pour en tirer le meilleur rendement, Gaëtan Labaste est alors allé l’attaquer sur son propre terrain n’hésitant pas à s’avancer d’un bon mètre lors des dernières attaques.

On retrouvera alors les deux garçons en Mano a Mano devant Corella, une vache bien travaillée par Maxime Dessa, qui subira un gros contre à cause d’un Didier Latapy pris de vitesse sur ce départ, seule vraie touche commise par lui qui a tout de même été grandement à son avantage tout au long de l’après midi.

En effet, il a été un grand artisan de la sortie à émotions qui a suivi avec le retour de Figura, sa première sortie en cette temporada 2019. Après des relais efficaces donc devant Corella, c’est Gaëtan Labaste qui se présente pour une série à émotions avec des écarts millimétrés et le bon travail de Didier Latapy, la coursière s’enroulant alors après le coup de corde. Mais la marraine sait se faire respecter et, lorsqu’elle comprend qu’elle ne pourra attraper l’homme avec ses cornes, elle n’hésite pas à jeter la patte, mettant alors à terre le solide écarteur. C’est donc Xavier Piraube qui s’est présenté pour un relais nécessaire, plein de volonté et de courage pour deux figures très méritoires. Au final, Gaëtan obtiendra deux écarts pour le Trophée Bernard Huguet, dont un pointé au maximum.

Avant le grand final, Maxime Dessa fera son retour pour une série complète devant Bohema, une série très régulière pour laquelle il obtiendra un écart de qualité.

Pour conclure la course donc, on ne change pas la recette et Guadalajara fait son entrée en piste, très en course, mais la moindre erreur ne pardonne pas et elle enverra son partenaire Gaëtan Labaste au sol. Celui ci se relèvera après un relais de Maxime Dessa. Pour cette jolie sortie, ils obtiendront un bonus chacun.

En ce qui concerne Louis Ansolabéhère, nous avons senti que le physique revient petit à petit, et que le mental suit. S’il a été pénalisé pour quelques sauts légèrement hors-axes en première partie, il aura très bien su rectifier le tir en seconde pour obtenir le joli score de 30. Ajoutez à cela les deux rondades devant la vache de l’avenir, ses quelques sauts aux vaches écart et vous obtenez une très bonne prestation de Louis Ansolabéhère. Notons le beau geste de Louis appelant à saluer avec lui son coéquipier Laurent Darrouzes qui aurait dû évoluer à domicile ce dimanche à Amou si une blessure ne l’en avait pas empêché.

A l’entrainement, depuis le début de la saison, le duo est devenu trio. En effet, depuis la blessure de Laurent, c’est le raseteur Yann Brocaires qui a fait son entrée dans l’équipe pour assurer le rôle du second. Et ce n’est rien de dire qu’il a été omniprésent tout au long de l’après midi, à la fois pour assurer ce rôle de second mais aussi pour contribuer à faire remonter les vaches aux côtés des entraîneurs et ainsi dynamiser le spectacle. L’entrainement ne devait être alors que partie de plaisir pour David Loupien et Gaël Forfert qui eux aussi ont été très dynamiques pour remonter les vaches et efficaces dans leurs lâchers, ne permettant alors aucun temps mort au spectacle. Le travail de ces trois hommes en blanc se traduira alors par la durée du spectacle : 1h50 au chronomètre, au moins 30 minutes de moins que la semaine passée : ça y est, la saison des rouge et noir est désormais bien lancée.

En résumé, la recette qui fonctionnait en fin de saison passée a été renouvelée du côté d’Amou : Gaëtan Labaste, Maxime Dessa et Alexandre Duthen en têtes d’affiche, un Rémi Latapy feinteur devant la nouvelle, et des jeunes qui apprennent patiemment derrière, n’hésitant pas à saisir les quelques opportunités qui leur sont laissées comme l’a fait Xavier Piraube avec Figura. Espérons que cette course référence de début de saison (record actuel) servira d’exemple pour beaucoup d’autres pour l’équipe de la Ganadéria Armagnacaise.

Les Tops/flop

Les tops :

  • Le Pôle Espoir était en promotion de la Course Landaise du côté de Bétaille dans le Lot (46) où ils se sont produits à trois reprises pour des spectacles d’une durée d’1h lors d’une foire agricole. Félicitations à eux.
  • Yann Brocaires était au four et au moulin du côté d’Amou et, aux côtés des deux entraineurs, il n’est pas pour rien dans la rapidité du spectacle. Son travail de l’ombre à d’ailleurs été récompensé par Gaëtan Labaste qui lui a offert son prix du jour.
  • Cela fait toujours plaisir de voir un écarteur faire son retour en piste, et cette semaine c’était celui de Julien Guillé. Saluons alors aussi Cyril Dunouau et Jean Ducassou qui n’ont pas hésité à se présenter devant toutes les vaches pour permettre à Julien un retour en douceur.
  • La Société Musicale Amolloise et l’Union Musicale Samadétoise sont devenues deux formations musicales phares de notre art gascon. Je pense alors ne pas me tromper en parlant au nom des acteurs présents en piste pour les remercier de l’ambiance qu’ils assurent à chaque sortie sur nos gradins.

Le flop :

⁃ Malheureusement,  Andréa a fait parler d’elle plus qu’on ne le voudrait puisqu’elle a envoyé au tapis deux champions, qui se sont relevés en difficulté. Souhaitons leur un bon et surtout rapide rétablissement alors que les échéances des Pâques arrivent à grand pas.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s