Quand les cloches de Pâques sonnent…

Quand les cloches de pâques sonnent, Campagne résonne.

Il y a vingt ans, la Course Landaise retrouvait dans cette bourgade ses lettres de noblesse grâce à une équipe solide de passionnés.

Cette équipe d’ailleurs, dirigée par Christophe Loubère sait recevoir et sait faire plaisir.

En tant que jeune coursayre passionné je me suis rendu à Campagne avec tout un groupe de copains à l’aide du « Taxi Coursayre ». Nous étions nombreux, nous fêtions le premier anniversaire jour pour jour de l’Association des Jeunes Coursayres.

Dès le matin, les conversations allaient bon train lors du trajet, il était certain que la journée serait belle.

A 11h45, la première Marche Cazérienne était lancée et une belle équipe nous donnait une démonstration parfaite de A à Z, avec la famille Dussau et le jeune espoir Grégory Lavie. Arrivait ensuite l’entre deux courses, puisque l’après midi, la DAL se produisait.

Tournée générale,  masse à 10, « Envoies les cacahuètes ! », la tournée du président et parlons course… tout cela annonçait le décor. Du monde, de la musique, des sourires, bref un village en fête.

Notre petit groupe d’une dizaine de jeunes blanc becs, s’est laissée entraîner dans les conversations passionnantes : l’Armagnacaise qui reprend du poil de la bête, Yeltessa qui est dans les loges, les nouvelles de Jean Louis Deyris, la jeunesse de Dargelos, l’organisation du Championnat des Jeunes…

Non loin de nous, les hommes de Michel Agruna semblaient motivés et en forme, c’était le cas.

L’heure tournait, la tendinite au coude droit commençait à se faire ressentir, il était temps de passer à table, à une demi heure du paséo d’ouverture de la course.

Mangeons vite mangeons bien.  Le rosé Tursan servi nous rappelait que la Course Landaise est un milieu de caractère et c’est ce qu’on aime. Il accrochait à la gorge comme la Course s’accroche à votre cœur… Eugénie nous aura délivré de nombreux Secrets…

Il était donc temps de monter aux arènes et quel plaisir de voir ce monde sur les étagères, une file d’attente qui n’en finissait pas aux guichets des primes.

Il fallait donc trouver quelques places pour notre joyeuse bande, nous nous sommes donc placés non loin des amis d’Eyres Moncube juste devant les coursayres pontois. Ni trop dans l’axe, ni désaxés juste comme il faut.  Je ne vous cache pas, qu’en bons retardataires nous n’avons pas manqué de heurter voir même écraser quelques pieds de courayres déjà installés, nous nous en excusons.

La course était lancée, les commentaires se levaient et la DAL se battait en piste.

Le vent soufflait mais pas le public. Des enfants jouaient « à la vache » en bas des gradins, les anciens envoyaient quelques expressions en gascon et les sourires s’affichaient sur les visages de nos voisins lorsque certains  de mes confrères jeunes coursayres leur répondaient en gascon également.

La course suivait son bonhomme de chemin et nous avons retenu que le meilleur.

Les vaches étaient réembarquées, c’était le moment de se retrouver  une nouvelle fois près du comptoir, après trois discours de qualité, du maire, du président du comité et du ganadero. Nous avons donc assisté à un débriefing subtil de cette prestation jaune et noire.

Désormais c’était à nous de débriefer à notre façon, féliciter les acteurs et tout simplement profiter de l’instant rare d’un après course où toute une commune est rassemblée.

L’instant était beau, nous levions les coudes pour la dernière fois de la journée, les cœurs de canard venaient nous rassasier.

La journée touchait à sa fin et comme chaque dimanche, nous étions tristes de nous quitter. Embrassades, saluts chaleureux, alors que nous nous retrouvions tous le lendemain pour la course de la devise verte et blanche… c’est ça les copains coursayres.

Lors du retour, mon chauffeur ne disait pas grand-chose, France Bleu Gascogne envoyait quelques chansons nostalgiques et cette ambiance me laissait le cœur gros. Les mauvaises langues diront que c’est le Ricard Tomate qui me fait cet  effet, mais je peux vous assurer que c’était tout simplement le fait d’avoir passé une journée délicieuse sous les couleurs de la Tradition, de l’Amitié et de la Passion.

Merci Campagne !

Lucien Laurede

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s