Vin d’Honneur #10

En ce dimanche ensoleillé, hors de question pour moi de ne pas sortir voir un spectacle taurin. Tout cela tombe bien la commune voisine de Garlin affiche la Ganadéria DAL et la cuadrilla Christophe Dussau pour une course comptant pour le challenge de l’Armagnac…en Béarn ! Le tout sous la houlette du club taurin local présidé par Jean Luc Broca tauromache averti.

Bienvenue dans le Vin d’Honneur 10ème édition.

 

L’harmonie Garlinoise entame la marche cazérienne, avec beaucoup d’acteurs en piste, on aperçoit malheureusement vite le champion de France la tête aussi blanche que son boléro, dû à un bandage qui lui recouvre une bonne partie de la face ! Pour le reste toute la cuadrilla est au complet, le jeune local Hugo Jourdan se présente pour la première fois en course formelle, et Damien Carrère a la chance d’avoir la possibilité de défiler à nouveau avec l’équipe compétition, après une bonne prestation du coté d’Aignan.

 

L’après midi démarre avec Bétousa vache adapté aux coéquipiers du pôle espoir. Si Damien Carrère sort de suite son épingle du jeu, ce n’est pas forcément le cas pour Hugo Jourdan, qui a certainement eu un peu plus de mal à gérer l’événement, il se rattrapera très certainement.

Ramunchita poursuit les hostilités, une jeune bête colorado, très bien présentée, encore novice, elle permet à Julien Guillé, Jean Ducassou et Gauthier Labeyrie de s’exprimer.

En 3 Maya la sauteuse, Etienne Grenet effectue une prestation correcte mais pas parfaite.

Suivent la vache de l’avenir et la sans corde, si la première au gabarit imposant mais au comportement plus que suspect est à mettre aux oubliettes, la seconde beaucoup moins importante de volume, donne beaucoup de jeu ! C’est Cyril Dunouau très en forme qui s’accapare les deux pensionnaires Aturines. Aidé du sauteur ils nous feront passer un agréable moment sur la vache neuve.

Jean Ducassou prend en main Belle, pour une sortie en solo, une classe digne des plus grandes figuras devant une coursière d’une noblesse incontestable gratifié d’un écart intérieur de qualité !

Avant l’entracte Emmanuelle viens défier Julien Guillé pour six passages dont un nettement supérieur, Cyril Dunouau viendra le relayer à trois reprises.

 

La deuxième partie reprend avec Andréa, c’est tout naturellement Gauthier Labeyrie qui viens s’y frotter, on sent vite que le garçon au grand cœur tient à être présent aujourd’hui pour faire plaisir à ses amis béarnais, mais l’on se rend compte rapidement que les séquelles de la veille sont encore bien présentes. Jean Ducassou vient épauler sont ami pour une sortie en demi teinte.

Le bétail monte en grade avec Machora, stupéfaction générale quant on voit Damien Carrère se présenter pour la débuter de fort belle manière et enchaîner une série plus que méritoire agrémentée d’un écart de qualité, Mathieu Nogues vient prendre trois relais, et l’on aperçoit là aussi que le jeune ganadéro n’est pas encore remis de ses anciens combats. Etienne Grenet viendra agrémenter le tout d’un saut vrillé au top.

Première apparition de la saison pour Paquéra, le jeune Aignannais Damien Carrère la débute et trouve la mesure sur cette coursière vraiment pas facile à jauger, il s’en sort au mieux, fait réagir les gradins et tomber un écart bonifié ! C’est encore Mathieu Nogues qui lui permet de souffler avec quatres figures en serrant les dents.

Revoilà le duo Maya/Etienne, pour une sortie légèrement supérieure à la première avec un saut périlleux parfait et salué par le public.

Nadau comme a son habitude est préparée pour un écart à la sortie des loges, discussion entre le chef et le ganadéro et c’est finalement à nouveau Damien Carrère qui s’avance face au toril pour l’un, si ce n’est le premier écart de ce style de sa récente carrière. Un peu surpris par le déboulé de sa partenaire, le gersois se contente d’une feinte méritoire. Ce coup-ci c’est avec Julien Guillé qu’il partage le gâteau à part égale, ce dernier obtenant même un écart bonifié !

Arrive enfin les deux sorties comptant pour le trophée challengite, en premier lieu la redoutable Yeltessa avec un galop peu franc et un vice toujours marqué, elle donne du fil à retordre à Cyril Dunouau et Julien Guillé. Tout le mérite revient aux acteurs qui se risquent devant ce genre de coursière.

Pour clôturer l’après-midi c’est bien évidement la corne d’or Soltéra en pleine forme, qui sort pour une tentative échouée à la sortie des loges, la suite en est tout autre, Cyril Dunouau continue son grand début de saison devant sa nouvelle partenaire. Sept écarts haut de gamme, cinq bonifiés, dont deux nettement supérieurs et un pointé au maximum. Etienne Grenet vient comme d’accoutumée effectuer un saut périlleux magistral !

 

Côté pitrangle les week-end se suivent mais heureusement ne se ressemblent pas, 311,75 pts pour le challenge, Cyril Dunouau grand protagoniste à nouveau 1er avec 4,360 de moyenne, suivi du prometteur Damien Carrère qui sans se poser de question et en écoutant son chef et son ganadéro réussit à décrocher la seconde place avec 3,672 pts, et c’est Jean Ducassou surtout présent en première partie qui clôture le podium avec 3,232 pts.

 

Le ressenti de cette course est complexe, étant moi même organisateur, je comprend tout à fait la frustration du président et de tout son staff devant le manque d’implication de certains acteurs face au toril de choix déplacé par Michel Agruna. Ceci dit la tauromachie est un exercice difficile où une alchimie doit se créer entre toutes les composantes d’une course telle qu’elle soit ! Ce dimanche il manquait certainement à certains écarteurs la capacité physique pour pouvoir défier au maximum le bétail proposé, il faut garder à l’idée que tout acteur est avant tout humain et ne peut pas être en permanence à 100% !

Un spectacle que je qualifierai donc de moyen car certes tout n’a pas été bon mais nous avons assisté a de très grand moments qui sont venus agrémenter le tout.

 

Les tops :

– Cyril Dunouau et Etienne Grenet au top !

– Damien Carrère révélation qui se confirme

– Public nombreux et très réactif

Les flops :

– Les deux champions Mathieu Nogues et Gauthier Labeyrie affaiblis physiquement

– La vache de l’avenir

Article par Paul.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s