On fait le point : Deyris

Classements

Les trois meilleurs scores :

  1. Le Houga : 328 Pts
  2. Samadet : 322,625 Pts
  3. Doazit : 320,625 Pts

Les trois moins bons scores :

  • St Justin : 316,75 Pts
  • Bahus : 307,675 Pts
  • Vielle-Tursan : 305,750 Pts

Moyenne Landes Béarn : 320,6250 Pts

Moyenne Armagnac : 317,6875 Pts

Les vainqueurs d’escalot :

Romain Clavé : 6

Louis Navarro : 5

Les hommes

Malgré une opération à l’épaule cet hiver, on pouvait raisonnablement penser que Loïc Lapoudge restait malgré tout le leader de la Ganaderia Deyris en 2019. De retour pour le week-end de Pentecôte et après une mise en jambes devant la vache de l’avenir à Samadet, il n’hésitera pas à se présenter dès cette première course à la sortie des loges de sa partenaire Ibiza. Des retrouvailles idylliques sur cette figure puis une sortie plus compliquée ensuite.  Petit à petit il reprend confiance et s’il sera peu présent à Toulouzette, il tournera ensuite autour des 30 écarts sur les trois dernières courses, mais cela ne suffira pas à lui faire accrocher une première place à l’escalot. Rien d’alarmant puisqu’il est l’homme en forme de ce début de saison individuel avec deux victoires dans les deux premiers concours de la saison et il sera présent ce dimanche à Nogaro pour tenter de réaliser la passe de trois.

Romain Clavé est en tête au nombre d’escalots remportés chez les vert et blanc. Des victoires qu’il doit principalement à ses séries devant les vaches sans corde, Istra ou encore Paloma mais surtout devant Colombine, sa partenaire de choix devant laquelle il parvient à faire tomber les bonus, mais devant laquelle aussi il aura pris quelques gros coups. Ses séries finales avec cette coursière y sont pour beaucoup dans les scores élevés réalisés par la Ganaderia Deyris.

Romain Clavé, l’homme de ce début de saison

Le seul autre vainqueur d’escalot pour l’instant cette saison, c’est Louis Navarro. Le Champion de France des vaches sans corde nous régale de sorties en sorties dans cette spécialité, et assure un capital point important devant ses partenaires Flamenque et Almeria, qu’il affronte avec réussite à chacune de leurs sorties, mais aussi pour quelques sorties devant Ibiza dont il a su prendre la mesure au fil des sorties.

Comme nous en avons parlé la semaine passée, Jérôme Costarramone est en pleine progression dans cette équipe, lui le régulier préposé aux vaches de l’avenir qui se présente de plus en plus devant les marraines et commence à compter quelques sélections en concours. Retrouvez mon billet sur lui juste ici : http://bit.ly/2JzDjzk

Cedric Desclaux est un coéquipier idéal : il sait quelle est sa place et s’exécute très volontiers. Rarement présent en seconde partie, son travail d’équipier est primordial.

Louis Giacomin réalisait un début de saison très intéressant, affrontant entre autres Donzacquoise ou Paloma, cette dernière qui lui infligera malheureusement un très mauvais coup aux vertèbres qui l’empêchera de retrouver la piste pour le moment.

Pour diriger cette équipe, Christophe Avignon connait bien ses hommes et permet à son équipe de réaliser de jolies courses. Individuellement, il n’a pas hésité en début de saison à se présenter régulièrement pour affronter Ibiza à la sortie des loges.

Côté sauteurs si David Laplace était blessé en début de saison, l’omniprésent coéquipier réalise un bon retour pour épauler comme il se doit le Champion de France Kevin Ribeiro qui lui réalise un gros début de saison remportant les deux premiers concours individuels et siégeant à la première place de l’escalot.

A l’entrainement le duo d’hommes en blanc est parfaitement rôdé et permet d’enchainer les sorties et les départs pour rendre le spectacle dynamique. Au bout de la ficelle Eric Merville tient son rang et défendra lui aussi son titre ce dimanche.

Le bétail

Alors que Flamenque, Almeria et Colombine confirment leur saison passée et ont trouvé leurs partenaires permettant de les faire briller et de les bonifier, Ibiza alterne elle les superbes prestations et celles un peu moins étincelantes. De manière générale, elle apporte une grande satisfaction à la devise verte et blanche. La sauteuse Unaïa elle aussi confirme qu’elle est la coursière qui fait la différence en concours comme à Aire où elle a mis à terre les deux prétendants Kevin Ribeiro et Etienne Grenet.

Concernant les coursières d’avenir, on peut parler de Donzacquoise et Istra qui prennent petit à petit du gallon, et bien évidemment Paloma qui effectue un gros début de saison quasiment toujours parmi les trois dernières coursières des spectacles et qui tentera de conquérir le titre de vache de l’avenir ce dimanche, un titre qui avait souri à Colombine la saison passée et Pomarezia en 2017. Les vert et blanc espèrent alors gagner ce titre pour la troisième fois consécutive.

Le résumé

La ganaderia Deyris attaquait donc sa saison du côté de Vielle-Tursan dans les arènes de Saint-Loubouer. Une course marquée d’abord par les absences : celles de Loïc Lapoudge, David Laplace et Eric Merville remplacé par Gilles Béguery. Côté piste nous retiendrons la superbe vache de l’avenir de Jérôme Costarramone, l’attaque de Christophe Avignon sur Ibiza et le premier face à face Clavé-Colombine.

Le week-end de Pâques lui sourira à Louis Navarro vainqueur des deux courses du côté de Bahus-Soubiran et de Campagne où par deux fois il devra ses belles prestations aux sorties de la vache sans corde, puis d’Ibiza en fin de course avec beaucoup de réussite, une coursière principalement partagée avec Jérôme Costarramone. L’occasion également de retrouver David Laplace dans le rôle de second et Eric Merville au bout de la ficelle, l’occasion aussi de voir les premières sorties de Kevin Ribeiro au dessus d’Unaïa à Campagne.

Alors que Louis Navarro assurait le show avec des écarts sur le béret lors de sa sortie de la vache sans corde puis devant Flamenque à Nérac, l’événement marquant de la course fut malheureusement la blessure sérieuse sur tentative intérieure de Louis Giacomin devant Paloma. C’est finalement Romain Clavé qui se montrera le plus à son avantage avec notamment un écart à la sortie des loges devant Colombine.

A Aubagnan, Sébastien Gil venu en renfort de la cuadrilla a su saisir sa chance en montant sur la troisième marche de l’escalot du jour, alors que Romain Clavé récidivera devant Colombine, devançant alors un Louis Navarro lui aussi auteur d’une très belle course.

Et lorsque Colombine n’est pas dans les loges, Romain prend en main Paloma pour rester au sommet de l’escalot comme ce fut le cas du côté de Monlezun d’Armagnac avec là encore une nouvelle superbe sortie de Louis Navarro devant la sans corde, avant d’aborder le week-end de Pentecôte. Pour l’occasion Loïc Lapoudge faisait son retour en piste avec la prestation que l’on connait et énoncée précédemment. Le Champion de France Kevin Ribeiro lui s’illustrait par une rondade flip sur la vache de l’avenir avant de s’envoler par deux fois au dessus d’Unaïa. Sévèrement contré à l’intérieur par Colombine, Romain Clavé parviendra tout de même à réaliser une superbe série pour conclure cette course.

Le lendemain à Toulouzette Romain récidivera avec un écart à cinq points à la sortie des loges mais c’est bien Louis Navarro qui sera déclaré vainqueur de cette course qui, après une série devant Flamenque réalisera lui aussi une attaque a la sortie des loges devant Ibiza puis poursuivra avec une superbe série.

Au Houga, Loïc Lapoudge et David Laplace ont innové dans la sortie de la vache de l’avenir attaquant la fin de série en travers, David Laplace nous offrant même un écart. Loïc que l’on retrouvera devant Ibiza pour la série complète, qu’il ne parviendra pas à tromper à l’intérieur. Ajoutez à cela une nouvelle sortie Clavé-Colombine, un Louis Navarro pour une superbe sans corde et des séries devant Almeria et Flamenque et vous obtenez le meilleur score de la Cuadrilla Christophe Avignon jusqu’alors.

Dernière course en date Saint Justin et un Loïc Lapoudge malchanceux qui tournera tout de même 34 figures alors que Romain Clavé se mettait de nouveau en valeur devant Donzacquoise et Colombine. Un score final de 316,75 Points qui figure paradoxalement parmi les trois moins bonnes courses de la saison. Une preuve que la Ganaderia Deyris est très régulière dans ses spectacles, une régularité qui portera peut-être ses fruits en fin de saison.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s